De électricité dans l’air : Conférence sur l’électricité avec Jean-Pierre Barolle.

Publié le

Osera-ton dire que lors de cette conférence, il y en eut de l’électricité pas seulement dans les propos mais un peu dans l’air aussi ? Oui on l’osera.

 

Se permettra-ton de ne pas évoquer les petites bouffées de tension que la quinzaine de participants ont su toujours contenir dans des limites raisonnables étant tous gens bien civilisés ? Non, on ne se le permettra pas dans le souci de ne pas voir ce genre de compte rendu totalement décrédibilisé car béatifiant quoiqu’il arrive.

 

 

D’entrée de « jeu » en invitant son auditoire à ne pas hésiter à intervenir à chaque fois qu’il en avait envie, notre ami, ne se rendit pas les choses faciles. L’auditoire usa et abusa de cette liberté de parole ne se privant pas de le couper dans son exposé, provoquant coupe jus, courts circuits et autres désagréments souvent néfastes à une bonne marche des choses. L’intention de départ était louable : faire participer la salle, échanger…mais la chose n’est pas simple à organiser.  

On a bien cru comprendre qu’un retraité d’EDF ne supporte pas plus les éoliennes qu’un vieil instit ne supporte les fautes d’orthographe (c’est une histoire de déformation professionnelle sans doute).

Mais voilà-t-y pas qu’il y en a qui les adorent, les éoliennes ! Il en est qui, comme notre ami, défendent mordicus le nucléaire mais voilà-t-y pas qu’il en est qui ne lui veulent que du mal, au nucléaire ! Vous voyez le genre d’étincelles (restées toujours correctes, rassurez-vous)) qui ont pu émailler les débats ? C’était vivant, alerte mais on plaignait quand même un peu notre copain qui avait bien préparé son intervention et avait eu le courage et la générosité de la proposer. Son diaporama était riche et documenté, sa volonté d’intéresser plus que louable. Ne manquait que la discrétion du public.

C’est un avis. Humble, l’avis, car celui de quelqu’un qui ne prétend pas être une lumière.

BM

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article