CONTE D'AUTOMNE

Publié le par unipopviv

Comment me suis-je retrouvée dans cette pièce ?

Sont-ce les beaux rayons de soleil, le vent ? les parfums du moment : l’odeur de confi…., du renfermé qui m’attira ?

Je ne sais pas. Ce que je sais c’est que le monsieur, sûrement le grand Victor Hugo dont j’ai déjà vu des photos, parlait à une assemblée d’individus plutôt chenus.

       - Aïe, aïe, aïe, ça commence mal pour moi ! .J’ai compris qu’on dissertait sur l’I.A.. Qu’est-ce que ça voulait dire ?: Idiot Abruti,IntelligentAttardé ?

Calme dans ce débat, un auditeur annonçait à qui voulait l’entendre : 

        - Eh bien moi, ce matin j’ai eu une grande émotion  : mes haricots ont pointé le bout de leurs têtes. Ouais, ouais, on aurait dit qu’ils avaient  des bonnets verts !

Bonnets verts, cela ne me disait rien.

Dans cette salle je cherchais le Grillon du Foyer, pas de chance, il était de sortie.  Alors j’ai rencontré la Grande Duchesse Araignée très affairée à tisser sa toile pour capturer des mouches.

          - Que font-ils tous ces individus ?

          - Hé bien, me dit-elle, ils blablatent, boivent des breuvages étranges appelés thé ou café, certains ont même leur boisson personnelle. Ils tirent même les rois, comme si on avait besoin de roi au Pays de la Laïcité ! Il faut s’en méfier, c’est une organisation secrète, elle est allée sur Mars ! Ils sont tous fêlés je te dis : Ils projettent d’aller voir la Daronne, c’est un comble ! une vendeuse de shit sans foi ni loi !

Je tremblais de peur, regrettant ma visite. La  Grande Duchesse Araignée m’asséna littéralement  :                                       

         - Cette secte veut refaire le monde ! où va-t-on ? mais au moindre virus qui montre le bout de son nez  (c’est connu : les virus ont tous un appendice nasal pour détecter leurs victimes), pftt…ils disparaissent tous, s’aspergeant d’infâmes liquides sensés les purifier. Ils sont fragiles. Crois-moi,  Ils ne vont pas faire de longs feux ces blablateurs ! D’ailleurs, regarde celui qui fume. Sa cigarette les aspirent, c’est ainsi qu’ils disparaissent à tout jamais !

Arrivée subrepticement, la souris sa comparse renchérit :

         - Fais attention, ils t’entraînent dans un tourbillon de délires. Si tu n’y prends pas garde,  tu meurs !

Oh la la, la cigarette qui aspire et qui tue…un grand courant d’air m’envoie sur ce satané feu. Adieu mes amis, je suis consumée en moins de temps qu’il ne faut pour l’écrire.

 M’avez-vous reconnue ?  phénix du phénix, je revis dans un beau compost : Je suis la Feuille d’Automne emportée par le vent de la Covid-19...

Edith ROCHE

 

 

Un dessin et sa légende qui accompagnaient le compte rendu d’une réunion tenue le 29 Novembre 2011. Ne cherchez pas la feuille d’Edith, à cette époque, elle n’était pas encore née. Edith, quant à elle, était bien de ce monde depuis un petit paquet d’années déjà.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article