Conférence imaginaire : Le Facteur Cheval et son Palais Idéal

Publié le par unipopviv

L’automne s’est installé. Nous finissons notre randonnée par le bois du Combal. Les senteurs sont diverses mais culmine celle des châtaignes qui craquent sous nos pieds. Le tapis de feuilles mordorées brille sous un soleil qui distille une douce chaleur. Nos pas nous mènent au tout nouveau bâtiment des Associations.

C’est le grand jour : première conférence de l’UPV dans la nouvelle salle !

La foule des grands jours se presse. Les embrassades et poignées de mains vont bon train (fini les coudées et les oreilles malmenées par les élastiques du masque !) (on peut rêver)

Notre Président ne minimise pas sa joie : ça y est l’UPV « souffle et respire » dans des locaux  neufs et adaptés.

Pour nous parler du « Facteur Cheval », célèbre voisin drômois, artiste génial pour certains, un peu fada pour d’autres, le conférencier n’est autre que Nils Tavernier, réalisateur du film « L’incroyable histoire du  Facteur Cheval ».

Le bureau de l’UPV s’est surpassé … Respect. Le silence se fait, naturellement,  après les mots de bienvenue.

Des rushes du film illustrent le propos du conférencier.

Les images et les dialogues  sont sobres: il est taiseux notre Facteur, les phrases ne se bousculent pas, peu importe, c’est son œuvre que l’on veut comprendre….

 « Son Palais Idéal » prend forme, quelles que soient les saisons et les difficiles  épreuves personnelles subies. L’imaginaire de cet homme dépasse les contraintes matérielles: il met en œuvre des techniques de «maçonnerie »  originales et exceptionnelles pour l’exprimer.

Et au moment où Le Facteur Cheval monte sur son spectaculaire échafaudage pour un point final aux Trois Géants, un déclic…. Les Trois Géants quittent l’écran et  emportent la salle dans un périple grandiose à travers le monde.

Nous voici survolant une mosquée, puis découvrant un temple hindou. Un grand bond nous pose devant  un chalet suisse.

Nous croyons avoir la berlue, mais oui c’est la Maison Blanche et la Maison Carrée d’Alger qui défilent à présent. Et, allez savoir pourquoi, ensuite c’est un château du Moyen Age qui nous fait face.

Les trois géants courent, courent à la recherche de leur créateur sur les chemins qui longent la Galaure.  Tout risque de basculer, un Géant vient de s’arrêter brusquement pour ramasser … un magnifique galet ….

Mon voisin, hilare,  me tapote le bras : il a perçu ma tête dodelinant !

Heureusement, cette rêverie n’a duré que quelques secondes.

 Je reprends le cours  de cette incroyable épopée créatrice remplie d’un grand humanisme.

Marie-Françoise FERLAY 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article